Martin Wöhrl : From Nose to Tail

Cat. Kunstverein Ingolstadt

Texte (all./ang.) de Alexander Häusler, Simone Schimpf
64 p avec 40 illustrations en couleur
format 24 x 20 cm, broché

ISBN 978-3-86442-337-6

24,80 €

« Du nez à la queue »

Ce paraît à l’occasion de l’exposition individuelle de l’été 2020 « Elephant in the Room » de Martin Wöhrl (*1974) au Kunstverein d’Ingolstadt, qui a concédé une place prépondérante à ses travaux en béton. Le titre est une expression culinaire qui désigne la préparation la plus complète possible d’un animal, du filet aux abats et jusqu’à la queue. L’artiste a fait ce choix pour indiquer qu’il accorde la même importance à tous les matériaux qui composent ses sculptures et qu’il réutilise dans des combinaisons toujours nouvelles les restes de sa production. Né à Munich, Martin Wöhrl construit ses sculptures en associant pour les faire dialoguer des éléments d’architectures existantes, sacrées ou profanes – par exemple du linoléum et du laiton. Cela donne parfois l’effet d’images oniriques concoctées avec soin. Depuis peu cependant, en accord avec sa conviction fondamentale d’une approche minimaliste du matériau, il a commencé à témoigner d’une prédilection pour le bois, le béton et le plâtre, empilant des cubes de béton, plaçant des cadres au mur ou disposant des tubes dans l’espace. L’emploi déjà mentionné d’éléments architecturaux issus de contextes sacrés ou profanes, telle une rosace « gothique », a mené à des extensions où le minimalisme, d’une part, se heurte au brutalisme tandis que, d’autre part, on a l’impression d’assister à une adaptation bouleversée de l’appropriation historique.